Le Creusois / The Creusois cake

  Un gâteau au goût inimitable... Vraiment ! Point la peine de citer sa provenance...

 

  J'en ai goûté des deux versions.

  Ce fut durant mon stage de fin de licence biologie de mi-mai jusque mi-juin 2012. Un stage mémorable parmi les loups, au parc animalier des monts de Guéret. Parenthèse de remerciements aux employés et au directeur du parc.

 

  Qui dit "voyage" peut dire aussi "un peu de tourisme" !

  A Guéret se trouve une boulangerie-pâtisserie qui propose ce fameux gâteau aux noisettes, dont la recette est tenue secrète (tiens, tiens, ça rappelle le cas de la tropézienne). Il a son prix mais n'est point si cher pour une pâtisserie authentique.

  Je l'ai comparé à une autre version (industrialisée ?) de la sous-marque "Nos régions ont du talent", avec ma famille.

 

  La version achetée au supermarché semble, à mon goût, trop chargée en beurre. Le sucre y est également trop prononcé. Il se conserve moins dans le temps une fois le sachet ouvert ; il a acquis un goût un peu plus rance et une texture plus sèche.

  La V.O. (la recette secrète) est simplement et directement mis en son emballage cartonné rouge, accompagné d'un symbole de cachet de cire rouge, preuves de son authenticité. Même sans plastique, elle conserve très bien. Le goût ne change pas ou très peu, et cette version ne semble pas vouloir dessécher au fil du temps. Je vois les ingrédients : aucun conservateur cité.

 

  De quoi réfléchir...

 

  Développant dès cette époque mon goût pour les recettes (en faisant des collections bien fournies), j'en ai collecté quelques unes de ce gâteau typique, composé de blanc d’œuf, de beurre, de sucre et de noisettes en poudre.

  J'ai voulu le réaliser comme ces artisans !

  J'ai bien observé l'ordre des ingrédients dans la liste inscrite sur la boîte de la V.O. J'ai alors choisi la recette qui respecte au mieux les quantités.

 

Conclusions :

 

  J'ai souhaité donc que le goût soit le plus proche possible que celui du gâteau artisanal. Plusieurs essais ont été nécessaires.

 

  J'ai d'abord essayé avec des noisettes telles quelles, râpées une à une (un très long travail si on le souhaite sans blessure) et du beurre simplement fondu. Le goût n'était pas très agréable : le beurre et le sucre ressortaient le plus, avec une sorte de saveur âcre, provenant peut-être des noisettes.

 

  Puis, j'ai torréfié les noisettes au four (J'ai essayé une fois à la poêle... Pas deux !). Le goût final s'approchait de celui de la V.O. , mais il manquait d'intensité.

 

  Le dernier essai a été modifié au niveau du beurre ; je l'ai tout simplement fait "noisette". Le résultat n'a jamais été aussi proche ; les trois saveurs étaient équilibrées entre elles, car aucune ne prédominait sur une autre. Cela n'a pas empêché qu'il manquait "ce petit quelque chose".

  Peut-être n'ai-je pas utilisé le bon beurre ?

  Je pense que le beurre de la V.O. doit être un beurre de pays, fait artisanalement.

  Je doute aussi que mon four et mon mode de cuisson soient les bons.

 

  C'est ce qu'on appelle l'apprentissage par imitation.

Un Noël en douceur / A sweet Christmas

   Il est clair que je ne me suis peu cassée la tête pour Noël. J'ai repris le concept de l'entremets d'anniversaire, à base de génoise réalisé plus tôt en décembre 2013 ... pour le Noël de la même année.

 

  La partie fruitée est transformée en gelée gélifiée, cette dernière surmontée de quelques litchis au sirop en morceaux ; la mousse bavaroise change de goût par un miel différent (cette fois-ci, un miel de pissenlit, moins corsé mais plus fleuri).

  Aussi, la dernière partie tendre est un biscuit simple, dont la recette est tirée du Livre du Pâtissier. C'est pour cette raison que cet entremets est classé (pour l'instant ?) dans mes inclassables sucrés.

Conclusions :

 

Les principaux passages délicats pour ce gâteau furent :

_ la décongélation des fruits rouges : j'ai déposé les framboises dans une assiette, ainsi que les groseilles et les myrtilles dans une autre. Puis, en observant leur jus fuir comme point permis, j'ai déposé les fruits les plus décoratifs sur du papier absorbant (et de façon délicate pour les framboises).

_ la décoration à la crème bavaroise : quand on utilise peu couramment la poche à douille, un résultat moyen se fait ressentir.

 

  Mis à part ces détails, et malgré les saveurs pétillantes des fruits (en particulier celle des kiwis et des groseilles, tous deux bien mûrs au final), le gâteau était bel et bien un synonyme de douceur.

  La texture mousseuse de la bavaroise se fondait vite au coeur du biscuit, tandis que la gelée de fruits rouges apportait un nouveau goût. Ces effets en faisaient un gâteau facile à manger ... peut-être un peu trop rapidement !  ;)

Anniversaire fruité / Happiness in the fruits

 L'un des gâteaux les plus "santé" que j'ai pu faire, pour l'anniversaire d'une amie ! On y trouve :

_ un "biscuit russe" (tel est le nom donné par l'ouvrage 1000 recettes de dessert) aux amandes ;

_ un coulis gélifié de framboises ;

_ une compote de pomme bien réduite et légèrement gélifiée.

 

Ce petit entremet pour 4 personnes est :

_ sans sucres ajoutés : seul le biscuit russe n'est pas du tout sucré ; j'ai même supprimé la farine blanche, source de glucides rapides. Le fructose des fruits suffit à donner.

_ sans graisses ajoutées : point de beurre, ni d'huile ou de margarine ici. Les acides gras sont représentés par la poudre d'amande. Un avantage est que l'amande est assez riche en acides gras insaturés (plus favorable à la bonne santé). Bon, d'accord ... Les inscriptions en chocolat contiennent du beurre de cacao : toutefois, il est reconnu que c'est meilleur que le beurre animal.

_ sans gluten : pour cause de suppression de la farine.

_ sans lactose : aucun produit laitier n'y est présent.

_ pratique pour écouler vos stocks de blancs d'oeufs !

 

Petit cadeau : perruche en perles faite par mes soins
Petit cadeau : perruche en perles faite par mes soins