Le premier

Jörmungand

 

  Du nom du serpent de la mythologie scandinave, ce cheesecake représente bel et bien "une première fois", datant d'un été 2013 (ma mémoire est floue à ce propos).

 

  Apposée sur un lit de sablés bretons aux amandes, la couche fromagère est également parfumée au sirop d'érable et composée de poudre d'amandes.Les brisures d'une plaque de caramel parsemé d'amandes concassées ont été choisies pour réaliser la forme d'une créature refaisant surface.

  La pâte crémeuse est sucrée au sirop d'érable ; le goût des biscuits s'y retrouve par l'ajout d'un peu de poudre d'amandes.

 

  La recette demande pour décoration des amandes effilées, à déposer par dessus avant la cuisson. Les spécificités de cuisson de mon four est une raison pour laquelle j'ai choisi une autre option : un goût autre qui s'accorde bien avec le sirop d'érable ... Le caramel !

 

Conclusions :

  Les cheesecakes sont de nature assez copieux. Il vaut mieux avoir faim pour tout finir... Ou être une personne gourmande ! 

 

Un second plus volumineux

Cheesecake aux deux citrons

 

  Il s'agit de la seconde tentative, dont j'ai légèrement modifié la recette.

 

  Sur une base de biscuits sablés aux amandes, la couche fromagère se fait tout à coup nuageuse. Quelques zestes d'exotisme, grâce aux citrons jaune et vert, oriente ensuite les papilles vers la douceur crémeuse.

 

  La plaquette de chocolat a subi un mauvais tempérage. Au fond, quoi de plus normal avec un matériel basique (bol, cuillère à café, bain-marie) et ... un chocolat de dégustation ! Est-il vraiment possible de réaliser cette opération sur ce type de chocolat ?

  J'ai profité de la présence des marbrures, pour représenter un ciel nocturne troublé.

 

  Voilà donc le résultat : un cheesecake bien rassurant, un cheesecake qui remonte le moral !

 

Conclusions :

 

  Je désirais que la partie crémeuse du cheesecake "prenne de la hauteur", comme ces fameuses (et tentatrices) versions américaines !

 J'ai alors battu les blancs en neige, puis les ai ajoutés en dernier à l'appareil, juste avant la cuisson.

 

Troisième essai

Almond and maple cheesecake

 

  Ou comment recycler des biscuits !

 

  Ce beau gâteau est une seconde version de Jörmungand.

  Le goût des amandes y est plus prononcé, notamment grâce aux biscuits de Noël. Leur recette indique une composition basée sur la poudre d'amandes.

 

 

 

 

Photographie à la sortie du four.

 

  Au toucher, sa texture est moelleuse.

 

 

 

 

 

 

Tels furent les biscuits à sacrifier ce jour-là !

Je maîtriserai leur cuisson lors d'un autre essai ; ici, ils furent trop cuits par dessus.

 

 

Et quelques photos bonus ci-dessous !

Jörmungand : seconde version !

  J'ai utilisé les mêmes ingrédients que ceux de "Jörmungand numéro un".

 

  Une couche crémeuse fut légèrement moins épaisse par la présence de poudre d'amandes. Cette dernière rend plus délicate l'incorporation des blancs d'oeufs.

  Varions les saveurs ! Un peu de noix de coco et de chocolat blanc apportent une touche exotique et plus douce. Un coulis de pêches donne de la fraîcheur estivale et modifie la consistance d'une bouchée qui s'avale ainsi plus facilement.